SYNDICAT DES TRAVAILLEURS ET TRAVAILLEUSES DES POSTES | Section locale de Montréal

Mot du président

2020

Consœurs, confrères,

En ces temps difficiles pour la classe ouvrière caractérisés par un travail de plus en plus aliénant, cédant la place à un système basé sur la répression plutôt que sur la valorisation du travail, il est primordial de marquer une pause et de prendre du recul sur ce que nous vivons. Les lois spéciales de retour au travail que nous subissons à répétition nous empêchent de s’attaquer aux problématiques qui perdurent depuis bien trop longtemps. En plus de nous plonger dans un processus d’arbitrage long, fastidieux et risqué, ces lois spéciales s’attaquent à nos droits les plus fondamentaux. Notamment, le droit de grève que nous avons historiquement acquis grâce à des luttes difficiles nous est volé par nos gouvernements. Nous ne jouons visiblement pas avec les mêmes règles de jeu.

Le Syndicat n’a jamais été une compagnie d’assurance et n’en sera jamais une. Nous devons, plus que jamais, réaliser que c’est dans l’unité que réside la solution. Elle s’est toujours trouvée là. Nous devons revoir en profondeur nos façons de faire, afin de revenir aux sources profondes du syndicalisme pour ne jamais accepter l’état actuel des choses.

Unis, nous vaincrons!

Je profite de l’occasion pour vous souhaiter un excellent temps des Fêtes, ainsi qu’une merveilleuse année 2020.

Solidarité,

 

Alain Robitaille

Président

STTP – Section locale de Montréal

AR/go sepb-574

2019

Nous avons vécu au cours de l’année 2018 des périodes intenses. Toujours en processus de négociations au moment d’écrire ces lignes, Postes Canada est restée fidèle à elle-même en négociant de mauvaise foi depuis le départ.

Malgré nos demandes justes et raisonnables, Postes Canada s’entête et dit NON!

Le gouvernement s’apprête à adopter une loi spéciale qui bafouera encore une fois un droit fondamental des travailleurs et des travailleuses : la liberté de négocier!

Réussirons-nous à obtenir des ententes négociées?

Nous devons continuer à lutter pour obtenir de meilleures conditions de travail, pour l’élimination de la surcharge de travail, pour un meilleure équilibre de la conciliation travail/famille… Nous le méritons!

Ne baissons pas les bras… UNIS, NOUS VAINCRONS!

En 2019, les membres auront à prendre d’importantes décisions concernant l’orientation de notre Syndicat, notamment lors du Congrès national qui aura lieu en mai 2019.

Vous aurez aussi à élire votre nouveau Comité exécutif local. Peu importe quel sera votre choix parmi les candidates et les candidats, il sera primordial d’utiliser votre droit de vote. Pour la première fois, la Section locale de Montréal procédera à un vote électronique dans le but de permettre au plus grand nombre de voter. Nous comptons sur votre participation à la vie syndicale!

Je profite de l’occasion pour vous souhaiter à toutes et tous, ainsi qu’à vos familles, une excellente période des fêtes et une magnifique année 2019.

La lutte continue!

Solidarité,

Lise-Lyne Gélineau

Présidente

STTP – Section locale de Montréal

LLG/sg sepb-574

2018

Changeons de direction

Au moment d’écrire ces lignes, nous venons de prendre connaissance des résultats des votes sur le Cahier de revendications, qui confirment qu’un mandat fort a été donné au Comité de négociations, tant pour l’unité urbaine que pour l’unité rurale. Nous voulons et nous devons améliorer nos conditions de travail, maintenant!

Selon nos sources, le gouvernement devrait se positionner d’ici la fin de l’année 2017 sur le dépôt des recommandations émises par le Comité permanent des opérations gouvernementales et des prévisions budgétaires suite à l’examen de Postes Canada. Nous attendons cette réponse avec impatience, car il est grand temps que la Société canadienne des postes se concentre sur l’augmentation des services plutôt que sur les coupures.

L’année qui vient ne nous laissera évidemment pas de répit. En plus des négociations qui débuteront prochainement, nous devrons faire face aux nouveaux projets que l’employeur met sur pied depuis l’annonce du moratoire sur les boîtes postales communautaires.

En effet, l’employeur a mijoté d’autres projets, notamment l’implantation d’achemineurs et achemineuses de nuit au Dépôt Laval Ouest, le premier du genre au pays, mais assurément pas le dernier! Le 31 octobre 2017, la Société canadienne des postes annonçait le même projet pour Toronto. De plus, l’employeur se lance dans l’ouverture du Méga Dépôt Chabanel, en rapatriant les codes postaux d’autres installations. Cette décision aura un effet sur tous les groupes de travailleurs et travailleuses. À quoi d’autre devons-nous nous attendre?

Malgré tout, nous restons optimistes. Nous n’en sommes pas à notre premier combat!

Il est évident que dès maintenant, et plus particulièrement au cours des prochains mois, nous devrons être unis face aux attaques de l’employeur! Nous devons être solidaires et mobilisés, tous groupes confondus!

UNIS, NOUS VAINCRONS!

Nous lançons, pour l’année 2018, ce nouveau slogan afin de rallier les membres en cette période de négociations qui s’entame déjà. Nous avons mis un frein aux reculs que l’employeur tentait de nous imposer, maintenant, il est temps d’obtenir des gains!

Je profite de l’occasion pour vous souhaiter à tous et à toutes, ainsi qu’à vos familles, un excellent temps des Fêtes et une Bonne Année 2018.

Solidarité,

Lise-Lyne Gélineau

Présidente

STTP – Section locale de Montréal

LLG/sg sepb-574

2017

Nous publions cette année la 25e édition de notre agenda syndical, qui se veut un guide de référence, un aide-mémoire judicieux contenant plusieurs informations pratiques sur notre Syndicat.

2016 a été une année très mouvementée… et 2017 le sera sûrement autant!

Malgré tous les efforts de Postes Canada pour provoquer un conflit de travail, la stratégie de négociation novatrice qui a été utilisée nous a permis d’arriver à deux ententes de principe qui, au moment d’écrire ces lignes, sont en attente de ratification.

Les premières propositions de l’employeur contenaient d’énormes reculs et nous avons réussi, pour les membres de l’unité urbaine, à préserver la sécurité d’emploi et le fonds de pension à prestations déterminées, tandis que les clauses orphelins pénalisant les jeunes travailleurs et travailleuses ont été évitées.

Pour les membres de l’unité FFRS, nous souhaitions une convention comparable à celle de l’unité urbaine. Nous n’y sommes pas encore arrivés, mais plusieurs avancées sont à noter, notamment l’étude de l’équité salariale pour les membres urbains et FFRS, dont les résultats devraient être connus dans 19 mois, et non dans 25 ans comme les employé(e)s de bureau de Postes Canada!

Nous sommes conscients que nous ne vous avons pas proposé les contrats du siècle, mais nous avons réussi à obtenir deux conventions collectives négociées.

Peu importe la décision que les membres auront pris sur les deux ententes de principe, en 2017, nous devrons nous mobiliser, nous serrer les coudes pour la prochaine ronde de négociations qui arrivera très vite.

Le gouvernement libéral sera-t-il au rendez-vous tel qu’il l’a promis pour maintenir un service postal public renouvelé, tout en maintenant la livraison du courrier à domicile? En 2017, nous attendrons avec impatience les résultats de l’examen de mandat de Postes Canada, qui devraient être publics au printemps.

Que nous soyons des travailleurs ou travailleuses à temps plein ou à temps partiel, réguliers ou temporaires, FFRS ou ESRA, nous devons être unis et solidaires! Les coupures, c’est assez! Nous méritons mieux! Soyons donc au rendez-vous pour la prochaine ronde de négociations.

Je profite de l’occasion pour vous souhaiter à tous et à toutes, ainsi qu’à vos familles, un excellent temps des fêtes et une bonne année 2017.

 

La lutte continue!

Solidarité,

Lise-Lyne Gélineau

Présidente

STTP – Section locale de Montréal

LLG/sg sepb-574

2016

Consœurs, Confrères,

Une autre année vient de s’écouler, année pendant laquelle Postes Canada a poursuivi son plan en cinq points, destructeur pour notre système postal avec, entre autres, l’arrêt de la livraison du courrier à domicile, et ce jusqu’aux élections fédérales tant attendues et la défaite du gouvernement conservateur d’Harper. Suite à la campagne acharnée que nous avons menée et avec l’appui de la population, nous espérons que le nouveau gouvernement libéral tiendra sa promesse, soit de tenir un débat public sur le maintien de la livraison du courrier à domicile, afin que nous ayons droit à un vrai service postal public, universel et de proximité.

Déjà, l’employeur a suspendu toutes les implantations de BPCOM prévues pour la fin de l’année 2015 et l’année 2016. Une victoire? Oui… mais la bataille est-elle terminée? Non!

L’équipe mise en place dans le cadre de la campagne « Sauvons Postes Canada » va continuer son excellent travail et elle aura besoin de notre soutien et de notre participation à toutes et tous durant la prochaine année, car c’est ensemble que nous réussirons à faire changer les choses!

L’année qui s’en vient sera également des plus chargées au niveau de nos droits et de nos revendications pour notre convention collective. Au mois d’octobre 2015, les membres urbains et ruraux se sont prononcés sur nos demandes de revendications pour les prochaines négociations. Un mandat clair a été accordé par les membres de la Section locale et les membres au niveau national, soit 94% en faveur de nos demandes pour l’unité urbaine et 82 % en faveur pour l’unité rurale.

Les rencontres devraient débuter avec l’employeur vers la fin de novembre 2015 et nous devons unir nos forces et continuer d’envoyer un message clair à Postes Canada. Durant ce processus, n’oublions pas notre slogan, « Juin 2011, on va s’en rappeler » qui remémore la loi de retour au travail imposée par les conservateurs qui avait suivi le lock-out de Postes Canada. Cette fois-ci, les libéraux seront à la table de négociations et nous devons leur montrer que nous sommes unis afin d’améliorer nos conditions de travail et que nous ne nous laisserons pas faire face à l’intransigeance dont, nous le savons, peut faire preuve l’employeur. Nous resterons unis afin de nous battre et ne nous laisserons pas diviser, car c’est ensemble que nous pouvons négocier et gagner!

Je profite de l’occasion pour vous remercier de votre confiance dans le nouveau mandat que vous m’avez confié et j’aimerais vous souhaiter à toutes et à tous ainsi qu’à vos familles, un joyeux temps des fêtes et une bonne année 2016.

 

La lutte continue!

Solidarité,

 Lise-Lyne Gélineau

Présidente

STTP – Section locale de Montréal

LLG/mhg sepb-574


2015

Consœurs, Confrères,

Juin 2011, on va s’en rappeler !

Signe précurseur?

Au moment d’écrire ces lignes, nous venions d’apprendre que l’arbitre Bergeron a rendu une décision très attendue, celle concernant notre interprétation sur le fait que l’employeur n’avait pas le droit de nous retirer nos droits durant le conflit de travail (grèves rotatives et ‘lock-out’). L’employeur le savait car la jurisprudence l’avait déjà statué.

Postes Canada veut nous faire croire qu’ils sont dans un gouffre financier alors que leurs propres chiffres démontrent le contraire. Mais si tel était vraiment le cas, comment peuvent-ils justifier leurs actions qui leur coûteront plusieurs millions de dollars, dû à leur entêtement? L’objectif était de nous pénaliser et de tenter de nous intimider pour avoir donné un mandat de grève.

Le plan d’action en 5 points de Postes Canada

Le 11 décembre 2013, Postes Canada dévoilait à 9h00 un plan en 5 points qui prévoit entre autres la fin de la livraison à domicile et la fermeture de bureaux de poste corporatifs. À 10h00, la ministre Raitt se disait d’accord avec ce plan. Vraiment efficace comme communication! Ils nous prennent vraiment pour des valises. Il faut souligner que le Parlement du Canada, après entente avec les différents partis, avait convenu de mettre fin à la session parlementaire la veille de l’annonce, évitant ainsi un débat parlementaire.

Rappelons-nous…

Lors de notre retour au travail obligé par la pire loi spéciale jamais imposée à des travailleuses et travailleurs, nous avons décidé d’adopter le slogan ‘Juin 2011, on va s’en rappeler!’. L’objectif était de laisser savoir que nous n’oublierions pas l’attitude de notre employeur face à ses employées et employés, ainsi que l’imposition de l’ignoble loi spéciale. Le temps de faire entendre nos voix, par le biais des élections, approche à grands pas car l’élection fédérale aura lieu au cours de la prochaine année et il faudra s’assurer que le gouvernement conservateur de Stephen Harper ne soit plus en place lors de notre prochaine ronde de négociations et que nous pourrons, avec un nouveau gouvernement, mettre fin au plan en cinq points, imposé sans aucun débat public.

Congrès national

Au cours de la première semaine du mois de mai 2015 se tiendra le congrès national au cours duquel les orientations de notre syndicat se décideront pour les 4 prochaines années.

Il y aura également les élections nationales et régionales et par la suite, les sections locales procéderont aux élections locales.

Peu importe les résultats des différentes élections, nous, les membres du STTP, devrons appuyer les différents comités exécutifs choisis par les membres, car il en va de notre survie!

Je profite également de l’occasion afin de vous souhaiter à toutes et tous, ainsi qu’à vos familles, un excellent temps des Fêtes et une bonne année 2015.

 

La lutte continue…

Solidarité, 

Alain Duguay
Président
STTP – Section locale de Montréal
AD/go sepb-574

 


 

2014

Consœurs, Confrères,

Retour sur 2011

Tel que prévu, l’année 2013 a donné raison au Syndicat de retourner devant les arbitres lorsque le gouvernement Harper nous a imposé une loi de retour au travail. Les arbitres Keller et Burkett ont tous les deux affirmé que l’employeur n’avait pas respecté l’article 33 lorsqu’il a imposé des méthodes de travail suite à l’implantation de la transformation postale, et ce, sans procéder à des études ergonomiques et de santé-sécurité avant la mise en œuvre desdites méthodes. C’est ainsi que certaines études ont débuté dans les plans mécanisés et d’autres débuteront en 2014.

Pour ce qui est de la livraison à deux liasses, l’arbitre Burkett déclare que la livraison avec le courrier trié manuellement ne peut s’appliquer en tenant cette liasse sur l’avant-bras. Certaines méthodes pourraient respecter la décision de Burkett en continuant à livrer à deux liasses, telle que la méthode américaine qui consiste à remettre la deuxième liasse dans le sac, mais il est évident que de cette façon, le nombre d’heures supplémentaires à effectuer risque d’exploser.

Souhaitons qu’en 2014, une solution satisfaisante pour les membres sera finalement négociée avec des valeurs de temps adéquates. Tout l’aspect des effets néfastes de la transformation postale (article 29) est présentement devant l’arbitre Keller…à suivre.

2014 – L’avenir de Postes Canada

Présentement, deux visions de l’avenir postal s’affrontent. Celle de Postes Canada, du gouvernement Harper et des tenants de la droite prônant la réduction des services afin de pallier à la baisse de la poste-lettre et aux problèmes liés au fond de pension.

De notre côté, nous mettons de l’avant d’offrir à la population du Québec et du Canada de nouveaux services, tels que bancaires et financiers. Rappelons qu’à travers le monde, le service postal fait face à la réduction de la poste-lettre et les pays qui offrent le genre de services que nous proposons s’en sortent très bien.

Rappelons également que le Centre canadien des politiques alternatives a procédé à une étude qui confirme le bien-fondé de cette vision. Même le Conference board du Canada admet, dans son étude commandée par Deepak Chopra et Postes Canada, la viabilité de cette solution…à suivre.

2014 – Attaques des conservateurs et renouveau syndical 

Lors du discours du trône qui faisait suite à la dernière prorogation du parlement, il est devenu évident que les attaques contre le mouvement syndical seront mises de l’avant.

Le gouvernement Harper tentera d’importer le « Right to work » à l’américaine. Nous devrons faire face à cette tentative en continuant de prôner la solidarité entre les différents syndicats et les autres centrales.

De nombreuses organisations syndicales sont présentement en période de réflexion afin de créer un renouveau syndical et différentes campagnes comme celle du CTC verront le jour afin d’effectuer un rapprochement avec les membres ainsi qu’avec les différentes organisations progressistes de la société civile.

Lorsque vous lirez ces lignes, la FTQ aura tenu son congrès au cours duquel de nombreuses résolutions sur le renouveau syndical auront été débattues et nous espérons que des solutions seront mises de l’avant.

Je profite de l’occasion qui m’est offerte afin de vous souhaiter à toutes et tous ainsi qu’à vos familles, un excellent temps des Fêtes et une bonne année 2014, laquelle, nous l’espérons, assurera notre avenir et notre santé et sécurité.

 

Solidarité,

Alain Duguay
Président
STTP – Section locale de Montréal
AD/nf sepb-574

______________________________________________

2013

Consœurs, Confrères,

Lorsque vous prendrez connaissance de ce mot du président, les résultats du vote concernant les ententes de principe pour l’unité urbaine et l’unité des facteurs et factrices ruraux et suburbains seront connus.

Malgré le fait que nos consœurs et confrères FFRS n’obtiennent pas l’équité avec l’unité urbaine, l’entente de principe prévoit des améliorations à leurs conditions de travail, contrairement à l’unité urbaine qui elle, se voit imposer d’importants reculs. Le Syndicat devra s’ajuster selon les résultats des votes exprimés par les membres.

Négociation imposée, processus biaisé 

Lors du dernier examen de mandat de 2008, Postes Canada a déposé un mémoire dans lequel une grande partie est consacrée à dénoncer le S.T.T.P., sa façon de négocier et les droits obtenus et reconnus dans la convention collective.

Extrait de la page 6 du mémoire :

« Le Gouvernement du Canada devrait nommer une tierce partie chargée d’examiner la convention collective du S.T.T.P. et de présenter un rapport public sur sa compétitivité. Il devrait également indiquer qu’il s’attend à voir la prochaine ronde de négociations collectives avec le S.T.T.P., en 2011, aboutir à des changements qui garantiront à la fois un excellent service postal et la viabilité financière de Postes Canada. »

Extrait de la recommandation 7, page 46 :

« Afin de commencer à éliminer les rigidités opérationnelles qui limitent Postes Canada, qu’on nomme une tierce partie qui soit chargée d’examiner la convention collective du S.T.T.P. en vue de déterminer les changements nécessaires qui permettront à la société de devenir plus compétitive. »

Comme vous pouvez le constater, le gouvernement, par le biais de la loi spéciale de retour au travail, a légiféré selon les recommandations demandées par Postes Canada.

Attaques au mouvement ouvrier 

Nous avons été les premiers à nous faire imposer une loi spéciale, nous retirant le droit de négocier. Par la suite, de nombreuses autres lois spéciales ont été adoptées par les conservateurs; ces lois se voulaient sensiblement basées sur la nôtre.

En plus de procéder à de nombreuses abolitions de postes au sein de la fonction publique, et ce, sans tenir compte de l’ancienneté, ce gouvernement anti-démocratique ne jure que par les sacro-saintes économie et compétitivité.

Il bafoue les droits des travailleuses et travailleurs afin de favoriser ses amis de la haute finance et encourage la concentration de la richesse à une certaine élite financière.

Transformation postale

« Il n’y a rien de plus injuste que de traiter
tout le monde de la même façon. »

Il s’agit d’une phrase que notre ami Louis Langlois disait souvent. Malgré de nombreux ratés liés à l’implantation de la transformation postale, Postes Canada continue de mettre de l’avant son projet. Comme nous l’avions prévu, Postes Canada refuse de tenir compte des particularités régionales.

Les secteurs comme les dépôts Marseille et du Parc sont nettement désavantagés par le processus national avec des itinéraires de plus de 1500 points de remise, alors que la moyenne nationale est au dessous du 700 points de remise. L’augmentation des horaires de nuit et la livraison à la noirceur nuisent à la conciliation travail-famille, mais Postes Canada refuse d’en tenir compte.

Événements à surveiller

Les résultats des votes sur les ententes de principe façonneront le travail du Syndicat pour les années à venir. Des éléments extérieurs influenceront également nos conditions de travail.

Les décisions arbitrales concernant la transformation postale auront un impact sur notre travail. L’accord économique avec l’Union européenne contiendra-t-il des obligations de libéralisation du service postal? Le gouvernement mettra-t-il de l’avant un nouvel examen de mandat afin de libéraliser ou de privatiser le service postal canadien, sans tenir compte de sa superficie et de sa population? Tout est possible… 

Nous devons nous allier avec les travailleuses et les travailleurs sous juridiction fédérale afin de dénoncer les pratiques de ce gouvernement et de mettre en œuvre des actions qui nous permettront de nous débarrasser de ce gouvernement lors des prochaines élections.

 

Solidarité,

 

Alain Duguay
Président
STTP – Section locale de Montréal
AD/mhg sepb-574